Rechercher une information

02.06.17

Retour


Mieux accompagner les jeunes en situation d’illettrisme vers la formation et l’emploi

Face au manque de qualification et à la barrière de l’écrit que rencontrent de plus en plus de jeunes qu’elle accompagne, la Mission Locale du bassin montluçonnais (03) a construit une action visant l’acquisition de compétences et savoirs de base. Dans ce cadre, le Centre régional de lutte contre l’illettrisme d’Auvergne accompagne l’équipe pour développer une méthodologie de repérage de ces situations et proposer les réponses appropriées. Fanny Cordier, chargée de projet de la Mission Locale, détaille les trois phases de cette action : d’un diagnostic général à la préparation de jeunes en vue de la certification « Cléa ».

Pour quelles raisons avez-vous développé cette action spécifique autour de la lutte contre l’illettrisme ?

A partir de données du système d’information I-Milo, nous avons constaté que la part des jeunes peu ou pas qualifiés accompagnés par la Mission Locale augmentait. Notre territoire connait un taux important de chômage des jeunes et on s’est donc interrogé sur la manière dont nous pouvions mieux accompagner ces publics. L’augmentation du niveau de qualification des jeunes est centrale pour leur permettre d’accéder au marché de l’emploi et à l’autonomie.

Par ailleurs, on s’est rendu compte que les professionnels de la Mission Locale avaient des manières différentes d’appréhender les situations d’illettrisme chez les jeunes et que nous avions assez peu d’outils pour détecter ces situations et permettre la mise en place d’actions spécifiques.

D’autres actions existaient-t-elles sur votre territoire et quels sont les partenaires qui agissent dans ce domaine ?

Les acteurs investis dans ce domaine sont peu nombreux.

Chaque année, la Région Finance 24 parcours sur l’action « compétences socles » pour notre territoire, une dizaine de jeunes participent chaque année à ce dispositif, ce qui est très positif mais le nombre de jeunes concernés est plus important.

Localement, il existe un tissu d’acteurs associatifs dont la Maison des Jeunes et de la culture, qui prend ce problème à bras le corps en proposant un accompagnement spécifique pour renforcer les connaissances en français, mathématiques et informatique des jeunes qui côtoient ce lieu. Nous sommes partenaires dans le cadre de ce projet que nous avons engagé.

Et il y a le Centre régional de lutte contre l’illettrisme d’Auvergne, qui nous appuie dans l’action que nous avons mise en place.

En quoi consiste cette action ?

Elle se décline en trois étapes : une phase de diagnostic, qui consiste en une enquête de terrain auprès d’une centaine de jeunes ; une phase de mobilisation et de diagnostic individuel, réalisé par un conseiller de la Mission Locale, auprès de 25 à 35 jeunes ; et enfin, une phase de préparation à la certification Cléa (certification interprofessionnelle basée sur un socle de connaissances et de compétences professionnelles), dispositif de certification des compétences et savoirs de base piloté par l’AFPA, pour une dizaine de jeunes.

Ces trois étapes doivent nous permettre à la fois de mieux comprendre quelle est la situation des jeunes confrontés à des difficultés vis-à-vis de l’écrit et de l’informatique, et en particulier les jeunes qui résident dans des quartiers sur le territoire, tout en permettant à une partie d’entre eux d’améliorer leur socle de connaissances en vue d’une certification Cléa.

Nous nous appuyons tout le long de cette action sur un ensemble de partenaires de terrain qui sont en relation directe avec les jeunes concernés (éducateurs, adultes relais, associations…)

En quoi consiste le soutien du centre régional de lutte contre l’illettrisme ?

Ils interviennent à plusieurs reprises au sein de l’équipe afin de nous permettre de définir une méthodologie et des pratiques communes pour identifier les situations d’illettrisme.

Actuellement, avec leur appui, nous testons un dispositif qui permet de détecter, dès le premier accueil, les jeunes qui peuvent rencontrer des difficultés vis-à-vis de l’écrit : nous demandons aux jeunes de compléter une fiche indiquant leur nom, prénom et la raison de leur venue à la Mission Locale.

Lors d’une prochaine séance avec le centre régional de lutte contre l’illettrisme, nous analyserons ces fiches, et à partir de celles-ci, nous tenterons d’avoir une vision commune des difficultés que rencontrent les jeunes et des réponses qu’il semble le plus approprié d’apporter.

Comment l’action est-elle financée ?

Il s’agit d’un co-financement politique de la ville et Commissariat général à l’égalité des territoires, via la sous-préfecture.

Pour en savoir plus :

Pour en savoir plus sur les actions mises en place dans le cadre du projet « Lutte contre l’illettrisme : analyser, mobiliser, former », consulter la fiche action sur le forum PEPS (Lien)

Lire l'interview d'Hervé Fernandez, directeur de l'Agence nationale de lutte contre l'illettrisme (ANLCI) et consulter la charte de lutte contre l'illettrsime, lancée par l'ANLCI etd ont l'UNML est signataire.


Haut de page