Rechercher une information

06.04.17

Retour


« Bande de Jeunes », la webradio de la Mission Locale du Blaisois

En février 2017, un collectif de jeunes de la Mission Locale du Blaisois (41) a enregistré sa première émission radio à l’espace jeunes « La Fabrique », partenaire de la Mission Locale. Celine Garreau, volontaire en Service Civique en tant qu’ambassadrice de la parole des jeunes à la Mission Locale, a contribué à la préparation et à l’animation de l’émission, avec l’appui d’une journaliste du média d’expression des jeunes « Zone d’expression prioritaire » - ZEP – et de professionnels de la Mission Locale. Elle revient sur les étapes de ce projet.

Vous êtes volontaire en Service Civique au sein de la Mission locale, en quoi consiste votre mission ?

Je suis « ambassadrice de la parole des jeunes ». Mon rôle, c’est de faire bouger les jeunes ! Lorsqu’ils viennent à la Mission Locale, j’échange avec eux, je les interroge sur ce qui les intéresse et je les informe sur tout ce qui se passe au sein de la Mission Locale et je fais le lien entre eux et les conseillers.

Comment est né le projet webradio « Bande de jeunes » ?

En octobre 2016, Yuki, une ancienne volontaire en Service Civique à la Mission Locale de Blois, a rencontré des professionnels de la ZEP et notamment Sonia Déchamps*, à l’occasion du Forum européen des jeunes engagés (FOREJE). Elles ont échangé sur cette possibilité de collaborer autour d’un projet de web radio.

On s’est dit que ça pouvait être un projet vraiment intéressant : certains jeunes ont des difficultés pour s’exprimer à l’écrit. Au moins à l’oral, il n’y a pas cette barrière de l’écriture.

Quelles ont été les premières étapes pour réaliser cette émission ?

On a parlé du projet à quelques jeunes qui venaient à la Mission Locale, de manière individuelle et aussi à l’occasion d’une réunion d’information collective : nous leur avons expliqué que ce serait une occasion pour eux de s’exprimer. Ils ont été intéressés, la radio, ça leur a tout de suite parlé !

On a aussi demandé aux conseillers d’en parler aux jeunes qu’ils accueillaient, en particulier si certains étaient intéressés par ce type de médias et auprès de jeunes qui avaient un parcours atypique et pouvaient avoir envie de partager leur histoire et leurs envies avec d’autres jeunes.

Au final, nous avons été une petite équipe de 8 jeunes à participer à ce projet, qui a demandé un travail de préparation sur plusieurs semaines.

Une fois les jeunes intéressés identifiés, comment avez-vous défini le contenu et préparé l’animation de l’émission ?

Sonia de la ZEP a animé un premier atelier avec les jeunes. Elle nous a proposé de témoigner de nos expériences sur des sujets variés, ce qui nous intéressait. Au démarrage, les jeunes avaient du mal à faire la différence entre témoigner et donner son avis. On a beaucoup travaillé sur cette différence. Axel Yvon, psychologue au sein de la Mission Locale, nous a aussi beaucoup aidé à construire et formaliser nos témoignages.

Sonia nous a aussi expliqué comment se déroule une émission, elle nous a donné des conseils techniques sur les choses à faire ou ne pas faire. Elle a interrogé chaque jeune sur ce qu’il avait envie d’exprimer, de partager. Petit à petit, nous avons construit le contenu de l’émission.

Mais les jeunes n’étaient pas seulement en position de témoins, ils ont donné leur avis sur les témoignages des autres et ont participé aux interviews. Nous avons construit le contenu et l’animation de l’émission tous ensemble, progressivement.

On a organisé un second temps de travail entre jeunes ensuite, pour affiner les interventions.

Qu’avez-vous mis en place pour que les jeunes s’impliquent dans ce projet sur la durée ?

Les jeunes repérés étaient très enthousiastes et il n’a pas été nécessaire de forcer les choses. Bien sûr, la vie fait que certains jeunes qui étaient présents au départ n’ont pas pu aller au bout du projet car ils avaient d’autres activités.

Pour maintenir le lien, on se fixait régulièrement rendez-vous, on a organisé une galette par exemple après Noël pour essayer que l’on reste tous, autant que possible, mobilisés sur ce projet.

Quel a été votre rôle ?

Avec Elayne, qui est aussi volontaire en Service Civique au sein de la Mission Locale, on s’est occupé de rédiger le contenu de l’émission. On a préparé l’introduction, et organisé le déroulé. Tous les jeunes ont contribué à l’animation.

Pour ma part, j’étais chargée d’animer le débat et de poser quelques questions aux jeunes sur les moyens par lesquels ils s’informent.

Le jour J, comment s’est déroulée l’émission ?

Très bien, c’était très fluide et surtout il y avait une très bonne ambiance. C’était intéressant qu’il y ait ce mélange entre professionnels et jeunes. Il y avait une vraie discussion.

Nous avons abordé des sujets très variés : l’un des jeunes a témoigné d’une action à laquelle il avait participé avec la Mission Locale, "100 chances 100 emplois" : il a expliqué comment il avait découvert ce dispositif, ce que ça lui avait apporté.

Une autre jeune a parlé du catch, son sport favori et de son expérience d’auteure.

D’après vous, qu’est-ce que ce projet a apporté aux jeunes qui y ont participé ?

Je pense que la première chose c’est que ça leur a permis de sortir de chez eux et de rencontrer d’autres jeunes, avec lesquels ils ont construit un projet collectif.

Certains ont vraiment dépassé leur timidité, sont sortis de leur réserve.

L’important c’était que les jeunes s’expriment !

Pour en savoir plus :

Sonia Déchamps est la marraine de la webradio nationale Radio actif, un espace collaboratif d’expression des jeunes réunissant plusieurs Missions Locales en France. Le projet webradio est soutenu par l’Institut Bertrand Schwartz. Pour en savoir plus, contactez l’Institut Bertrand Schwartz (mailto:contact@institut-bs.org)

Ecoutez l’émission réalisée par les jeunes de la Mission Locale de Blois et sur Facebook, découvrez le collectif "Parole de jeunes" de la Mission Locale de bois.

Sur le forum PEPS, découvrez plus en détails le média ZEP


Haut de page