Rechercher une information

07.10.15

Retour


Une course aux questions pour entrer en contact avec les entreprises

La candidature à un emploi puis l’entretien d’embauche sont souvent les premiers moyens par lesquels les jeunes entrent en contact avec les entreprises. Afin de permettre un échange d’une autre nature entre jeunes et employeurs, la Mission Locale Terres de Lorraine (54) a construit un atelier intitulé « course aux questions ». Constance Jean-Georges et Carine George, conseillères à la Mission Locale et plus particulièrement chargées de l’accompagnement Garantie Jeunes, reviennent sur l’intérêt de cet atelier pour les jeunes et les employeurs.

En quoi consiste l’atelier « la course aux questions » ?

L’atelier se déroule en plusieurs temps : le matin, on propose aux jeunes de partager toutes les questions qu’ils peuvent se poser autour de l’entrée ou de la vie en entreprise : ça va de la lettre de motivation et du CV au comportement attendu par les employeurs vis-à-vis de leurs salariés.

L’après-midi, les jeunes se répartissent en petits groupes et vont frapper à la porte d’entreprises pour les interroger sur les sujets listés en groupe le matin. Certains jeunes apportent leur CV et leur lettre de motivation avec eux et demandent l’avis sur ces documents aux employeurs.

La rencontre prend aussi parfois la forme d’un échange entre les jeunes et les employeurs sur leur parcours, leurs projets, etc.

Les jeunes choisissent-il eux-mêmes les entreprises où ils vont « enquêter » ?

Oui, c’est eux, en groupe, qui déterminent les entreprises où ils souhaitent se rendre. Il n’y a pas de limite géographique et la Mission Locale n’est pas systématiquement partenaire des entreprises où se rendent les jeunes.

La seule exigence que l’on a c’est qu’il y ait une diversité d’entreprises concernées pour qu’il y ait une richesse dans les retours. On sait que les pratiques, les attendus, sont différents en fonction des secteurs.

Que se passe-t-il au retour de la course ?

Il y a un premier retour à chaud en grand groupe à la fin de la journée. Les jours suivants on retravaille plus en profondeur avec les jeunes sur leur CV et lettre de motivation par exemple, à partir des retours. Certains jeunes ont aussi eu un bon contact avec certains employeurs et retournent les voir pour du travail.

Et quel est le retour des entreprises ?

Le fait que les jeunes aient fait la démarche de venir à eux leur montre que les jeunes que l’on accompagne sont motivés. C’est le retour que nous avons. Parfois, certains employeurs ayant eu un contact plus direct avec certains jeunes, acceptent de les accueillir en stage ou leur proposent un contrat de travail.

D’après vous, quel est le principal intérêt de l’atelier pour les jeunes ?

C’est intéressant à plusieurs niveaux : d’abord le matin lorsque les jeunes échangent, certains témoignent de leur expérience, racontent aux autres ce qu’ils ont vécu, ils « s’apprennent » entre eux.

Ce que l’on trouve intéressant aussi, c’est que les jeunes sont en groupe de deux ou trois pour rencontrer les employeurs et ils ne sont pas accompagnés physiquement par un conseiller de la Mission Locale. Choisir ensemble l’entreprise, s’y rendre, prendre la parole devant les employeurs, tout cela renforce les liens entre eux, permet à certains jeunes de s’affirmer.

On sent aussi que les jeunes prennent en compte les conseils que leur donnent les entreprises. Ce n’est pas seulement théorique !

Quelles autres actions avez-vous initiées pour faciliter cette prise de contact ou renforcer le lien entre les jeunes et les entreprises de votre territoire ?

Les jeunes que nous accompagnons en Garantie Jeunes démarrent l’accompagnement par trois semaines d’ateliers collectifs dans nos locaux. Ensuite, ils partent en stage en entreprise pendant une dizaine de jours.

Pendant cette période, nous avons mis en place un « café employeurs ». Concrètement, les employeurs des jeunes que nous accompagnons sont invités à venir nous rendre visite à la Mission Locale. Ce sont les jeunes en stage qui proposent à leur employeur de venir rencontrer d’autres jeunes et l’équipe de la Mission Locale pour échanger. C’est une autre manière de favoriser cette interconnaissance.


Haut de page