Rechercher une information

09.07.15

Retour


Skillpass, un serious game pour identifier ses compétences

Skillpass est un atelier qui s’appuie sur un jeu vidéo pour travailler avec les jeunes sur l’identification de compétences transversales. Sur le forum peps-missionslocales.info, une Mission Locale avait sollicité le réseau : elle était preneuse d'un retour d’expériences sur cet outil. Nous nous sommes donc rapprochés de la Mission Locale de Douai, qui a proposé à deux groupes de jeunes accompagnés de le tester. Karine Merdji, conseillère, raconte l’animation de cet atelier et explique sa plus-value pour les jeunes qu’elle accompagne vers l’emploi.

En quoi consiste le skillpass et l’atelier que vous avez animé à partir de ce support ?

Lors de la première séance, on demande aux jeunes de citer cinq compétences qu’ils pensent avoir. Très souvent, ils ont du mal à les identifier, ils citent des qualités.

Ensuite, l’essentiel du jeu est informatisé. Le héros du jeu vidéo est un jeune, qui doit relever de nombreux défis. Il fait un tas de choses : de la musique, est en contact avec d'autres jeunes, vit en colocation, etc. Toutes les actions qu’il mène nécessitent des compétences… que les participants doivent identifier.

Mais ce n’est pas que virtuel. Par exemple, l’un des chapitres propose aux participants de raconter une expérience qu’ils ont vécue. Le professionnel les aide ensuite à qualifier les compétences qu’ils ont mises en œuvre lors de cette expérience.

Pendant la dernière séance, les jeunes réalisent un schéma à l’aide du logiciel mindmapping. Cela peut prendre la forme d'un arbre, d’une bulle et permet, sur un thème ou une action, de décliner les compétences ou sous-compétences, de les décortiquer.

Quelles sont les compétences proposées dans le jeu ?

Il y a six compétences principales : s’organiser, résoudre un problème, encadrer, communiquer, travailler en équipe et traiter l'information.

De ces six compétences, découlent des « sous-compétences » et des actions concrètes qui les illustrent. On part plutôt du concret, d’une action, pour prendre du recul et qualifier les compétences utilisées.

Comment avez-vous animé cet atelier ?

Nous avons organisé le déroulé sur cinq séances, à un rythme de deux demi-journées par semaine. La première fois, j’ai dû improviser. J’avais participé à une journée de formation à l’outil, mais c’était essentiellement une présentation, sans mise en situation. Je pense donc qu’il est important d’être déjà à l’aise sur l’accompagnement en collectif pour s’emparer de cet outil.

J’ai été accompagnée par un autre professionnel qui ne connaissait pas spécifiquement l’outil mais qui pouvait m’aider sur les deux temps d’animation que j’ai réalisés.

Le premier groupe était composé de huit jeunes, le second de quatre. Clairement, un groupe de huit jeunes est plus pertinent pour qu’il y ait une dynamique collective.

Comment les jeunes ont-ils perçu l’atelier et quel est selon vous son intérêt pour les jeunes ?

L’atelier était ouvert à tous les jeunes accompagnés par la Mission Locale, j’en avais informé toute l’équipe.

Les résultats ont été très différents selon les groupes. Le premier groupe était très assidu et motivé, certains jeunes restaient même au-delà de l’atelier pour poursuivre le jeu en ligne. C’est peut-être lié à leur niveau de maturité quant à leur projet professionnel. Certains de ces jeunes m’ont dit que ça les avait réellement aidés à mieux se connaître.

Sur le second groupe, c’était plus compliqué, ça donnait la sensation que l’exercice leur était imposé. Les jeunes semblaient moins prêts à s’engager dans l’atelier et moins avancés dans leur projet professionnel aussi. Mais nous sommes nous aussi encore en phase de test, on expérimente l'outil.

Je pense que l’une des clés pour que ce soit positif est que les jeunes se sentent acteurs du jeu.

Pour en savoir-plus :

  • Le « serious game » (jeu sérieux) a été conçu par Pascal Chaumette (Id6), le studio CCCP et en partenariat avec des acteurs du monde de l’éducation, formation jeunesse.

  • Vous aussi, vous avez testé le Skillpass ? Partagez votre expérience avec les autres Missions Locales sur le forum, dans le discussion lancée par l'une des Missions Locales du réseau.

  • Pour plus d’informations sur le serious game Skillpass, vous pouvez prendre contact avec Karine Merdji, de la Mission Locale de Douai.

  • Sur le forum PEPS, retrouvez d'autres exemples d'actions mises en places par les Missions Locales dans le cadre d'ateliers collectifs.


Haut de page