Rechercher une information

06.11.18

Retour


« J’ai pu donner mon point de vue sur l’animation des ateliers »

Maimouna Kamil, 23 ans, est accompagnée par la Mission Locale de Marseille dans le cadre de la Garantie jeunes depuis septembre 2018. A cette occasion, elle a participé à un atelier portant sur les discriminations animé par la Mission Locale, puis avec deux autres jeunes, elle a assisté au séminaire inter-régional portant sur ce thème et organisé par l’association régionale des Missions Locales de PACA, les 27 et 28 septembre derniers à Pertuis.

Pouvez-vous nous décrire le déroulé de l’atelier auquel vous avez participé animé par Birame Sambe, référent discriminations au sein de la Mission Locale ?

Plusieurs ateliers nous ont été proposés et je me suis inscrite à celui portant sur les discriminations, plutôt par curiosité.

Lors de l’atelier, on nous a d’abord proposé de partager avec le groupe une situation de discrimination à laquelle on avait été confronté ou une situation discriminante vécue par un proche.

Puis, nous avons échangé sur les discriminations à partir d’une image, que l’on pouvait choisir parmi de nombreux dessins et photos. J’ai choisi la photo d’une personne en surpoids et à partir de cette image, nous avons échangé sur les discriminations que les personnes en surpoids rencontrent dans la vie de tous les jours.

Qu’avez-vous retenu de cet atelier ?

Il y a eu beaucoup d’échanges dans le groupe, on a vraiment pu s’exprimer. A titre personnel, j’ai beaucoup appris. Par exemple, je ne savais pas qu’il existait 24 formes de discriminations différentes. Et j’ai aussi reçu des conseils pratiques sur la manière de me comporter lors d’un entretien d’embauche. Répondre à une question qui porte sur mon âge ou ma religion, me semblait normal auparavant et je n’aurais pas su comment réagir autrement qu’en répondant à la question.

Lors de l’atelier, on nous a appris à détourner la question pour ne pas se sentir obligé ou contraint d’y répondre.

Vous avez participé au séminaire sur ce thème organisé par les Missions Locales de PACA, quelle place avez-vous occupé lors des ateliers ?

J’ai pu expliquer comment avait été animé l’atelier auquel j’avais participé et donner mon point de vue sur l’animation des ateliers. On m’a aussi demandé mon avis sur la manière d’aborder certaines situations de discriminations avec les jeunes.

Et le séminaire a aussi été l’occasion pour moi de prendre conscience d’une situation que j’avais vécue à titre personnel et que je n’avais pas analysée comme étant un acte de discrimination. Avec le soutien de ma conseillère, qui était présente, j’ai décidé d’en parler lors d’un atelier. Je me suis sentie soutenue par le groupe.

Quel est le moment qui vous a le plus marqué sur ces deux jours ?

Ce qui m’a le plus intéressé, c’est la projection du documentaire « Décolonisons l’Histoire » à laquelle on a assisté le soir. C’est un documentaire réalisé par des jeunes du collectif « Vivre ensemble l’égalité » dans lequel quatre jeunes reviennent sur leur histoire, celle de leur famille et la manière dont ils vivent leur citoyenneté aujourd’hui en France.

C’est un documentaire qui lie à la fois des histoires individuelles et collectives et où on apprend aussi un tas de choses sur l’histoire des pays d’origine des jeunes. Je me suis beaucoup retrouvée dans les témoignages des jeunes.

Pour en savoir plus :

Sur la démarche régionale portée par l’ARDML PACA sur le thème des discriminations, lire l’article sur le séminaire des 27 et 28 septembre à Pertuis.

Découvrir la bande annonce du film « Décolonisons l’Histoire » du collectif Vivre ensemble l’égalité.


Haut de page